Jump to content

Aero5

Amateur Mechanic
  • Posts

    8
  • Joined

  • Last visited

About Aero5

  • Birthday 11/24/1960

Personal Informations

  • Genre
    đźšą Homme
  • Place
    Deux-Sèvres

Your Super 5 (recommended to simplify problems resolution, leave it blank if you don't own a Super 5)

  • My Super 5
    Super 5 Five
  • Year
    1990
  • Other(s) Super 5
    Super 5 TC
    Super 5 TL
    Super 5 Five
    Super 5 SL
    Express

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

Aero5's Achievements

Trainee

Trainee (2/14)

  • One Month Later
  • First week
  • Present
  • Starts a New Topic
  • Polite

Recent Badges

4

Reputation

  1. bonjour, je reviens vers vous avec les réponses dès que j'aurai eu 5 minutes pour plonger plus avant sous le capot de la voiture amicalement
  2. il s'agit d'un ancien karting que nous n'exploitons pas : piste goudronnée de 500 mètres... on y fait du vélo le matin avant de travailler, on y promène les anciens (y'a du nona at home), on y stocke les Super 5 plus ou moins terminées... c'était un lot complet, on n'a pas hésité à prendre. Et aussi, on y fait tourner les Super 5 pour les tests, par exemple après remplacement des freins, du système de régulation, quelques essais sur sec et mouillé, pour être sûrs que ça passera au CT. C'est mieux que de faire ça sur la route. Anecdote amusante, nos anciens (paysans autonomes dans une région pas facile) ne conduisaient plus depuis bien longtemps. On les a remis au volant (Super 5 of course) sur la piste : et ça a plutôt bien marché. C'est fou de voir comment certains réflexes restent en dépit de l'âge et de l'arrêt d'activité. L'engin volant est un ULM :ça ressemble à un avion, mais limité à 2 places, 500 kg et 109 ch. ça marche à 180 km/h. Là je rentre de Suisse (enfin frontière, car CH interdit aux ULM), après une balade de 1150 km en 2 étapes. J'avais le choix entre la bagnole (Super 5 oblige, je n'ai plus que ça vu que j'ai viré les merdes électroniques coûteuses et pas fiables) et 17 heures de route ou le pioupiou, moins sûr à cause de la météo (brume = bloqué au sol), mais seulement 7 heures de vol et pas beaucoup plus de carburant (7,6 litres/100). C'est tout choisi. En plus, c'est beau là haut !
  3. bonjour, j'avais pensé à cet accessoire en effet. Si cela intéresse quelqu'un, me le faire savoir. Perso je n'en aurai pas l'usage.
  4. bah... passion... passion... un bien grand mot. Mettons plutĂ´t une vie simple avec des choses simples, quelques Super 5, une femme adorable, un chien rigolo, un avion... Simple, quoi ! merci Ă  tous pour votre accueil sur le site.
  5. Merci Totojest, J'ai raté mon précédent envoi, mais sur le principe vous avez compris : Zorro_X semble détenir la vérité et moi une dette de reconnaissance éternelle. Sympa le site et les interventions. J'y viens en visiteur depuis plusieurs années. Cordialement Merci Zorro_X, Voilà une énigme résolue : débitmètre... j'aurais pas pensé à ça. En effet, je n'ai pas idée de récupérer un tel accessoire. Il est là où il restera, sans doute bloqué par le temps. Mon jardin regorge de Super 5 aux provenances diverses qui réservent des surprises... Tantôt j'en ai dénombré 9, en comptant mes deux récentes acquisitions. Va y'avoir du démontage pour satisfaire ma moitié qui m'autorise mes caprices à condition que je vire mes merdes à raison de 2 virées pour une acquise... C'est du sport de gérer un parc et une gonzesse ! Cordialement.
  6. Bonjour à tous et toutes Nouveau dans le forum, je ne sais pas si je place ma question au bon endroit. Mais tant pis, je me lance. Dans l'une des Super 5 Cléon 1100 qui décorent mon jardin, j'ai découvert un module ''étrange'' que je ne parviens pas à identifier. Ce module protégé par une boîte noire en plastique épais réside à l'endroit où on trouve ordinairement la bobine et le module Cartier. La voiture est une B40105 de de septembre 1985, modifiée auto-école. Le module ressemble à une pompe à carburant, visiblement connectée au circuit électrique d'origine de la voiture. Le module est dans le circuit d'essence, entre la pompe mécanique et le carburateur. Je joins une photo, sans le carter de protection. Bien sûr, je n'ai trouvé aucune référence (oem 77xxxx), sinon je ne poserais pas la question. Si quelqu'un sait, ma culture en sera enrichie et je lui serai éternellement reconnaissant. Par avance merci
  7. Bonjour à tous et toutes La Super 5, je suis tombé dedans en 1986. Ce n'était pas une voiture sexy, mais sympa, économique, fiable, très fiable, très très fiable et pratique. Je ne sais plus le modèle, mais genre basique en 1100cc. Puis les mômes arrivent, alors on passe au break Nevada... Bagnole sympa, mais sans âme. Retour aux ''affaires'' en 1994 avec l'une des dernières Five carbu commercialisées par Renault, toujours en Cléon 1100. Là, c'est du cousu main : JB5, essuie-vitre AR... la grande classe. Sauf qu'à 28 MK, une maladroite oublie de freiner et coupe ma caisse en 2. Pas de bobo, mais snif. Je rachète l'épave à l'assurance pour une poignée de francs, achète la première merdasse d'occasion venue (une SL 2P société, grave erreur, le CT est tous les ans !) et remonte l'ensemble de ma mécanique quasi neuve dans cette biplace multikilométrée. Cette voiture, reconstruite avec soin a été poussée à 483 000 km (le moteur), tout d'origine ! Elle a traversé plusieurs fois le désert des Bardenas (proche de Pamplune en Espagne), est descendue plusieurs fois sur la Costa Del Sol, a parcouru l'Allemagne et surtout a remorqué des trucs inavouables, approchant parfois la tonne... voire plus. Au dernier CT, le mécano n'a pas pu fermer les yeux sur le châssis ouvert d'environ 2 cm sous la baquette AR. Cette Super 5 s'est arrêtée dans mon jardin, mais le moteur est mis régulièrement en marche, encore aujourd'hui. Puis arrive l'heure des mômes qui grandissent et ont besoin d'une bagnole. Voulant leur inculquer des valeurs simples, je leur propose des Super 5 d'occasion validées par mes soins. L'une des deux filles préfère la R9 ; ça marche pour moi, vu que c'est la même mécanique... Je leur procure leur voiture. Puis un cousin souhaite aussi s'équiper. Même registre : Super 5 Cléon 1100. Les mêmes voitures parce qu'une idée a germé dans ma p'tite tête : concrétiser une centrale d'entretien et de dépannage monotype pour réduire les frais d'usage. Et ça marche, très bien même. J'achète tout ce que je trouve à vil prix, du moment que des pièces sont récupérables. C'est la grande époque des alternateurs, des durites, des roues, qu'on remplace comme lors d'un arrêt au stand de F1. Mes mômes me ramènent leurs copains... bref, je deviens garagiste familiale, avec une seule référence au catalogue : Super 5 Cléon 1100. Puis certaines caisses que j'achète me ''parlent''... Alors je les garde et les arrange pour les mettre à la route. Elles pourront toujours servir un jour. J'achète même une TR 1237 à injection, très propre, bien sûr en panne de vanne, à mini prix, que je répare, utilise un peu et revends à un abruti qui l'accroche dans un arbre pour faire marrer les pompiers. Particularité : aucune de mes voitures ne possède SA batterie. Ce poste étant coûteux, ces caisses font ''batterie commune''. Plus récemment, on vieillit, on s'embourgeoise... les mômes font leurs enfants (les pestes... me faire grand-père si jeune, ça me tue !) et donc changent de caisse pour des familiales , des breaks, des monospaces... Et toutes ces Super 5 qui ont été plutôt bien conduites et entretenues, toutes affublées de 250 à 300 000 km, reviennent au bercail (j'ai un jardin de 17 ha, ça va...). Et puis moi aussi je passe à du moderne. Skoda Octavia Combi 105 FAP, full option ; Kangoo Maxi dci 110 full option. Des caisses incroyables, qui bouffent 4.2 litres aux cents, ultra confortables, avec téléphone à bord... Sauf que : à 90 000 km la fausse Golf fait un injecteur à... 1350 euros ! et à 9 000 km, la Kangoo l'imite (avec prise en charge à 90%, donc 90 euros), le jour où le garage VW me livre la Skoda réparée. Enorme colère. Je déteste qu'on me prenne pour un pigeon. Je revends ces deux niaiseries réparées, en parfait état, plus belles que neuves (d'ailleurs vendues très au dessus de l'Argus), puis convaincs mon épouse que tout ceci ne rime plus à rien, vu qu'on roule désormais assez peu et que bientôt ces chers investissements seront juste bons à orner le devant de la maison, vu la politique très agressive des verdopolitiques. Du coup, je retourne sur leboncoin, trouve 2 Super 5 Cléon 1100 (1000 balles chacune), une blanche et une grise, totalisant 100 et 120 000 km (du neuf à mes yeux), et entreprends de les remettre à complètement neuf en changeant les pièces nécessaires. J'ai fait la démarche FFVE pour les passer en collection, 50 euros d'assurance à l'année, sans contrainte ni limitation (autorisation d'aller polluer les villes sans restriction, un CT tous les 5 ans), une consommation inférieure à 5 litres (une Prius bouffe au mieux un litre de plus) et la joie de se garer sans craindre les coups de portière, de laisser le chien ruiner la banquette arrière et surtout de ne plus flipper pour des boîtes à roues. Cerise sur le gâteau, j'ai acheté chez les potes chinois deux autoradios BT-USB-SD avec téléphone (qui fonctionnent assez bien) pour 14 euros pièce, port compris ! Donc je n'ai rien perdu en terme de fonctionnalité, juste un peu en terme de confort. Mais quel plaisir de retrouver de la simplicité ! Et quand par hasard nous devons aller loin, nous louons une caisse chez Leclerc, ce qui nous reviens à 260 euros pour 1800 km assurance dommages incluse (dernière location) ; c'est acceptable et cela ne grève en rien notre budget bagnole qui est désormais réduit à peau de chagrin. Et si ça tombe en panne, on a une autre caisse sur un simple coup de fil et la location suivante est gratuite ! La Super 5 est donc pour moi : - un art de vivre - une solution de mobilité intelligente - une économie permanente - une caisse sans histoire qui fait le job sans problème Mon projet, après avoir terminé la remise à neuf de ces autos : passer à l'éthanol avec un contrôle manuel de la richesse pour remplir comme bon me semble le réservoir sans devoir rouler au starter. Y'a moyen, suffit de réfléchir à faire un truc safe et bien branlé. Voilà... longue présentation. Cela fait longtemps que je consulte le site, il est normal d'apporter ma contribution. Je ne suis ni un collectionneur, ni un fin connaisseur, je ne connais qu'un modèle, mais je suis pragmatique : quand un truc va, pourquoi en changer. Mes deux nouvelles Super 5 : 100 000 km la blanche, 120 000 km la grise... 1989 et 1990 : à peine rodées ! Celle par qui tout à commencé : il y a 30 ans en Espagne, lors d'une ''petite balade'' ; aujourd'hui dans le jardin, toujours opérationnelle avec 483 000 km Durant ses années de service, cette Five re-carrossée SL a tracté de nombreux machins... dont ces rouleaux d'une demi-tonne pour aplanir une piste d'ULM Quand on découvre une belle promo sur le bois dans la GSB locale, il ne faut pas se dégonfler : les planches de 5 mètres sont à moitié dans la Super 5 et à moitié dans la remorque. Bizarrement, la police m'a regardé passer, un peu médusée, mais sans m'arrêter ! Les employés communaux coupent des arbres... Ce serait leur faire affront que refuser ce gentil cadeau... Et hop, dans la Super 5 ! Transporter des tôles de 6 mètres dans une Super 5 : c'est possible, en rallongeant le timon de la remorque, à la barbare, avec un madrier et une boule-anneau. Rouleau de 475 kg pour la piste ULM : moins large, mais plus impactant que les rouleaux agricoles... La Super 5 ne recule pas, même si elle patine parfois. Le Cléon 1100 est bourré de couple et de bonne volonté. Je ne traîne pas toujours la remorque derrière la Super 5 ; mais je récupère toujours des merdiers destinés au bricolage. Alors forcément... Les chargements sont un peu approximatifs. Cousin machin a planté son Express : à tirer comme un porc sans liquide de refroidissement, le Cléon a beau être solide, une douzaine de bielles est passée au travers. Cela n'arrête toutefois pas la synergie du concept. Je dois avoir une dizaine de moteurs totalisant moins de 200 000 km, donc neufs, alors on change ça dans la matinée. Bravo ! j'ai choisi le seul moteur qui avait une culasse voilée. Par chance, j'ai une petite fraiseuse. Par contre, j'ai cassé mon tourteau à rectifier, alors j'ai tout fait avec une fraise de 12 mm. Le moteur a tourné encore 80 000 km avant qu'on immobilise l'Express pour cause de corrosion généralisée. En fait, le contrôleur technique s'est blessé sur un bout de châssis pendouillant à l'arrière. L'auto est maintenant utilisée pour les travaux domestiques, acheminer les outils à la forêt pour l'abattage, transporter des matériaux et... élaguer les haies grâce à une plate-forme posée sur le toit. Super 5 forever, ce n'est pas qu'une locution : c'est aussi une philosophie. ça peut paraître infantile, voire immature, mais ces conneries là me font toujours marrer... Et ma femme se prête de bon gré à toutes mes fantaisies. Alors dépouiller une Super 5 EDF achetée pour son faible kilométrage et ses équipements entretenus, qui n'a à se reprocher qu'une rencontre avec un tracteur agricole, cela reste un plaisir simple. La mettre en lévitation par la seule force de ma pensée, cela reste un acte bien ordinaire...
Ă—
Ă—
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our terms Terms of Use of use and privacy policy Privacy Policy.