Jump to content

Mathusalem

Benefactor Mechanic
  • Content Count

    4,095
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    27

Mathusalem last won the day on October 30

Mathusalem had the most liked content!

Community Reputation

131 Crédible

About Mathusalem

  • Rank
    A donf !
  • Birthday 04/09/1943

Other car (if you don't have a Super 5 or express)

  • Other(s) car(s)
    Twingo 1 ph3 2002

Personal Informations

  • Genre
    Homme
  • Place
    Orléans
  • Interests
    Super 5 !

Recent Profile Visitors

5,533 profile views
  1. Il y a quand même un risque d'engager la bougie de travers. Moi j'ai fait un outil avec un morceau de durite de 5 cm environ, choisi dans une durite aussi droite que possible, et je mets au bout un morceau de rond en bois de 8 mm. La durite est collée en vérifiant que c'est droit (en ligne).
  2. Oui, enfin il faut dire que du temps des compteurs mécaniques à disque, les consommations inférieures à 3 ou 4 watts n'arrivaient pas à faire décoller le disque, surtout sur un compteur ayant 10 ou 20 ans de service. Avec le Linky, d'après ceux qui ont analysé le fonctionnement, le seuil minimum qui déclenche le compteur est bien plus bas, genre 0.02 watt... C'est sûr que si tous les utilisateurs débranchaient les équipements inutiles, et si on évitait d'éclairer les rues vers le ciel, on pourrait arrêter une centrale nucléaire.
  3. Non, au contraire. Plus on espace les démontages, plus la crasse durcit dans le filetage, et plus on risque d'emmener un bout de filetage alu en enlevant la bougie. L'idéal c'est le démontage tous les 10000 avec brossage du filetage de la bougie suivi d'une très faible quantité de graisse graphitée ou même de suif. Normalement 1/4 de tour suffit à débloquer la bougie, le dévissage se fait à la main sans forcer, et quand on remonte après nettoyage c'est pareil, ça tourne facile et seul le dernier quart de tour se fait en force. Tous les cas que j'ai rencontré de foirage de filetage dans la culasse, c'était des bougies qui n'avaient pas été démontées depuis 5 ou 10 ans. Tous. Je ne compte pas évidemment le cas de l'intellectuel fatigué qui emmanche la bougie de travers sur le trou, et force bêtement avec l'énergie du désespoir. La culasse et le bonhomme sont pratiquement irrécupérables.
  4. L'idée n'est pas nouvelle, toutes les usines hydro-électriques marchent comme ça. Le problème c'est l'échelle : la puissance sera très faible, et la production discontinue, si bien que l'énergie récupérée sera très coûteuse parceque l'amortissement du matériel sera démesurément long. Si on considère qu'on pourra exploiter par exemple 100 litres d'eau par jour (ce qui fait 36 m3 par an) à la pression de 3 bars (kg/cm²) avec une pression résiduelle négligeable, ça revient à récupérer l'énergie de la chute de 100 kg de 30 m de haut, soit 3000 kg.m . Comme il y a 86400 s dans un jour, l'énergie moyenne par seconde sera 3000/86400 = 0.035 kg.m par seconde. On sait qu'une puissance d'un cheval correspond à 75 kg.m par seconde, et 736 watts. Donc une simple règle de trois : 0.035 x 736 / 75 = 0,34 watts. La puissance obtenue n'est même pas suffisante pour charger un téléphone portable. D'autant qu'il s'agit de puissance brute, il faut considérer que la turbine et la dynamo en gaspilleront pas loin de la moitié. Et davantage au fur et à mesure de l'usure des composants. La seule énergie "gratuite" est celle qu'on évite de gaspiller, par des dispositions simples et peu couteuses, genre éteindre les appareils en veille inutilement. Il suffit de débrancher un chargeur de téléphone relié à rien, pour économiser facilement 0.34 watts.
  5. Oui. Mais pas forcement. Économiquement parlant, vu le prix exorbitant de l'essence, on peut avoir intérêt à mettre des bougies neuves si ça réduit la consommation ne serait-ce que de 1%. Evidemment avec l'éthanol au tiers du prix, ça change les calculs.
  6. Oui, ça permet entr'autres au calculateur de recalculer la richesse du mélange, tenant compte de l'échec du démarrage qui précède. Et ca permet à la batterie de se reposer, même 2 ou 3 secondes, ça diminue l'usure. Ensuite quand c'est parti il vaut mieux laisser tourner sans toucher à rien pendant au moins 10 ou 15 secondes.
  7. Pareil, je dégraisse à l'essence au pinceau, patiemment, en faisant bien attention de ne pas faire couler de saletés dans l'embrayage, les appareils électriques et les connecteurs. Je protège ce qui a besoin de l'être avec des sacs plastique, et je rince à l'eau, avec un tuyau d'arrosage, sans pression, pour ne pas faire gicler de l'eau partout. Les circuits d'allumage (bobine, delco) s'il y en a ne doivent absolument pas être mouillés. Absolument pas d'eau dans la boite à air, évidemment, on bouche l'entrée avec un chiffon qu'on n'oubliera pas de retirer (histoire vécue !) On peut dégraisser au gazole ou au fioul, mais l'odeur persiste un certain temps. On peut nettoyer le radiateur à l'eau sous pression, d'arrière en avant, c'est à dire que l'eau sale sort par le devant de la voiture, mais toujours avec les appareils électriques couverts (moteur du ventilateur) Pour le bas moteur on peut y aller plus franchement, mais il faut protéger les freins, et faire attention que ça peut freiner bizarrement après, le temps que ça sèche. L'utilisation d'un Karcher pour nettoyer un moteur est cause d'ennuis divers qui peuvent n'apparaitre que bien des mois plus tard (histoire vécue, aussi)
  8. Ca dépend des contrôleurs. Il y en a qui ne veulent pas prendre de risques en poussant le moteur, et ils se contentent de mettre en contre-visite pour pollution excessive. (Le test normalisé se fait au ralenti, et au ralenti accéléré (2000 t) c'est la norme. Effectivement si ça ne passe pas pour CO excessif, on peut faire chauffer un peu (beaucoup) le moteur pour essayer de diminuer un peu le taux de CO. Ca ne marche pas pour un taux de CO excessif au ralenti...)
  9. Je comprends pas bien la raison de ces énervements... L'essentiel est que les composants soient remis à la bonne place sur le circuit imprimé existant ! L'erreur sur le schéma théorique n'empêche pas le bidule de fonctionner dans la réalité.
  10. Fv2a et Ermi : ok, si vous l'avez constaté je ne discute pas. On va dire que les filtres à huile ont fait beaucoup de progrès M'enfin comme moi je vidange systématiquement tous les ans (après l'hiver) quel que soient les km, ces progrès m'ont sûrement échappé...
  11. Ouais. Au bout de 30000 km c'est plus de l'huile qu'il y dedans, c'est du cambouis.
  12. Oui, la correction parait évidente, tel que c'était dessiné ça ne pouvait pas fonctionner.
  13. Ca consomme combien environ ? Que je me fasse une idée de ce que les gens considèrent comme anormal. Pour moi un moteur qui consomme moins de 1 litre pour 8000 km est un moteur pas assez graissé.
  14. Le Polytrol ça va bien pour redonner de l'éclat à un plastique passé, mais si c'est vraiment décoloré ça ne peut pas rattraper durablement. A noter aussi que les PC des sup5 sont en résine polyester, pas en ABS. Ca ne se comporte pas pareil avec le temps et le soleil. Peut-être (?) on pourrait y passer un coup de gel-coat de la bonne teinte, ça tiendrait aussi longtemps que l'origine...
  15. Oui... avec la peinture ou le rénovateur en tube, on obtient aussi le résultat tout de suite. L'avantage du Polytrol (qui est en somme un vernis incolore) c'est que ça ne change pas la teinte d'origine. C'est un inconvénient aussi quand il y a de gros écarts de teinte, qui restent un peu visibles malgré plusieurs couches de Polytrol... Mais si on attend assez longtemps (1 mois) on peut peindre sur le Polytrol.
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our terms Terms of Use of use and privacy policy Privacy Policy.